Accès direct au contenu Accès direct à la navigation

Si vous êtes utilisateur d’outils comme Dropbox ou WeTransfer et voulez reprendre le contrôle de vos données, nous mettons en place un "cloud" privé sur nos serveurs pour y stocker vos données, vos carnets de contacts, votre musique etc.

C’est la réponse que nous proposons face aux abus des géants du web : ne plus avoir peur de déposer des données ou des informations sur le web mais garder un contrôle total sur celles-ci.

Des informations pas si privées

L’actualité de l’année passée aura été largement marquée sur le web par l’affaire « PRISM ». On y a découvert que nos données et nos informations personnelles et privées pouvaient être lues et analysées par des institutions et des services de renseignement, sans notre accord et sans même que nous soyons au courant.

La réponse qui nous est apparue comme étant la seule viable et réelle est de se détacher des géants du web, de ne plus leur fournir cette "matière première" que sont devenues nos informations personnelles. Si vous ne donnez pas une information à Facebook, il ne pourra pas la transmettre à un tiers. Nous avons donc déployé, initialement à titre privé, un "cloud" sur nos serveurs pour stocker nos données et nos informations. Devant le franc succès rencontré et le réel contrôle que cela apporte sur nos données et nos informations privées, nous avons décidé d’ouvrir ce cloud à la communauté ...

Mais qu’est-ce qu’un cloud ?

Si vous êtes utilisateur d’outils comme Dropbox ou WeTransfer, vous êtes utilisateur du "cloud" sans le savoir. Le concept de "cloud" sur l’Internet correspond à une dématérialisation des données : tel prestataire dispose d’un espace global de stockage accessible via le web et stocke les données de ses utilisateurs un peu au hasard dans cet espace. Bien-sûr, la plupart des sociétés utilisant un cloud mettent à disposition de leurs utilisateurs un système de récupération et de synchronisation de ces données de façon privées (vous avez accès à vos données et pas à celles des autres).

Malgré des systèmes d’autorisation poussés, les données stockées sur le cloud de sites gérant un très grand nombre de comptes (citons l’exemple de Google) ne peuvent en aucun cas être totalement sécurisées. D’une part, un pirate s’introduisant dans le cloud par le biais d’un compte pourrait trouver le moyen de lire les données des autres. D’autre part, dans la perspective d’un Internet où certaines multi-nationales laissent leurs données en libre lecture à des services de renseignement, difficile d’être sûr que nos données restent intimes et privées.

Quelle solution ?

La solution qui nous ait apparue la plus simple et la plus sûre est de créer notre propre "cloud" sur nos serveurs : un espace web d’une taille modérée sur lequel nous avons un plein contrôle. Restait le choix de l’application, qui devait répondre à trois critères :

  • disposer d’une interface web complète permettant de gérer ses données,
  • disposer d’un système de synchronisation avec un répertoire local sur une machine connectée,
  • une gestion d’autorisation à deux niveaux [1] simples et efficaces.

Quelle application ?

Nous avons donc choisi l’application open source OwnCloud pour gérer cet espace web, initié par l’un des développeurs du projet KDE (l’une des interfaces utilisateurs associés aux distributions Linux). OwnCloud répond aux trois critères ci-dessus, propose en plus une large gamme de fonctionnalités et est largement maintenue et activement développée, c’est l’une des raisons qui nous ont incitées à choisir cette solution.

Comment ça marche ?

D’un point de vue pratique, un compte OwnCloud s’articule autour de plusieurs utilitaires :

  • un gestionnaire de fichiers (c’est son but premier) qui fonctionne sensiblement à la manière de Dropbox avec une synchronisation automatisée ; l’interface web permet de visualiser en ligne les images et de partager certains documents avec des tiers
  • un carnet d’adresses qui permet de gérer finement ses contacts et peut être utilisé depuis un client mail ainsi qu’un calendrier (synchronisation be-directionnelle)
  • un utilitaire spécifique aux fichiers médias permet de synchroniser ses listes de lecture (sa musique) avec des logiciels alternatifs à iTunes
  • un "journal de bord" (privé) permet de prendre des notes et de les retrouver depuis n’importe quel ordinateur
  • un utilitaire spécial permet de synchroniser ses marques-pages Mozilla (Firefox) via l’outil "Sync".

Intégrer la communauté

La communauté dont il est ici question n’en est qu’à ses débuts : les idées sont lancées, le cloud en place et une administration succincte est d’ores et déjà commencée. Cependant, notre « cloud communautaire » est en phase "beta", c’est à dire que certains aspects du fonctionnement de l’application ne sont pas encore totalement définis et arrêtés.

Notamment, si vous répondez nombreux à notre proposition, il peut être plus intéressant (et plus sécurisant) d’encadrer l’application dans une structure officielle, une association par exemple, pour définir ensemble les points de fonctionnement, le règlement, la création et la gestion des comptes, ainsi que pouvoir disposer d’un nom de domaine adéquat et réservé ... Si vous êtes intéressé mais préférez attendre que la structure se mette en place, vous pouvez vous abonner à notre lettre d’information où nous vous tiendrons au courant des évolutions.

Vous êtes intéressé ?

Portfolio

    • OwnCloud : outils de synchonisation
    • OwnCloud : gestionnaire de contacts en ligne
    • OwnCloud : gestionnaire de fichiers en ligne
    • OwnCloud : écran de bienvenue
    • OwnCloud : visualiseur d'images en ligne
    • OwnCloud : lecture de musique en ligne

[1Un niveau pour l’interface web et un second pour la synchronisation.